Trop gros??

Les humains ne sont pas les seuls à souffrir d’embonpoint!  Nos compagnons canins sont aussi exposés à ce problème de société.  On estime qu’environ un chien sur trois est trop gros et que 5% d’entre eux sont obèses. Les causes de ce phénomène sont multiples…

SONY DSC

1)      La sédentarité 

Comme nous, nos chiens sont devenus trop sédentaires. Ils ne marchent pas plus d’une heure par jour, leurs maîtres étant trop occupés ou préférant rester devant leur écran d’ordinateur ou de télévision n’ont plus le temps de sortir ou de jouer avec leur animal !

Les Terre-Neuve jadis utilisés pour le travail de trait ou le remorquage des bateaux et des filets de pêche, ont aujourd’hui abandonné ces activités pour devenir de tendres compagnons qui calquent leur comportement sur l’activité physique de leur maître (souvent réduite).

2)      La race 

Tous les chiens ne sont pas égaux face à la prise de poids.  Des races telles que les  Labradors, les Cockers, les Colleys, les Teckels et les Beagle sont plus souvent obèses que les Lévriers, Dobermans, Bergers allemands, Boxers, Fox-Terriers, etc. 

3)      Le sexe 

Les femelles ont une fois et demie plus de risques de devenir obèses que les mâles. Ce risque est multiplié par deux à la suite d’une stérilisation.

4)      L’âge 

À partir de cinq ans les problèmes de surpoids sont plus fréquents, et les femelles sont encore plus touchées que les mâles. Les chiens qui vieillissent deviennent moins actifs, soit à cause d’une simple baisse du dynamisme, soit parce qu’ils sont malades, et leur métabolisme basal baisse de 20 %.

5)      La stérilisation 

La stérilisation est souvent un facteur déclenchant d’une prise de poids (particulièrement chez la femelle), un réajustement des quantités de nourriture suffit généralement pour éviter ce problème.

6)      Le niveau socioculturel des maîtres 

Les populations à faibles revenus ont hélas moins accès aux soins vétérinaires et sont donc moins sensibilisées à la nutrition animale et aux produits alimentaires de qualité.  Puisque les déchets de tables coûtent moins cher qu’une moulée de qualité, ils consituent habituellement  le repas du chien. Malheureusement, les déchets de tables sont  riches en graisse et pauvres en protéines de bonne qualité et comportent une grande quantité de sucre (gâteaux, friandises, etc.), apportant des calories rapides mais peu utiles.  À long terme, un tel régime  engendrera inévitablement des problèmes de poids.

7)      L’alimentation 

Les repas du chien sont déterminés par son maître (le nombre de repas, la quantité, la qualité, la composition de l’aliment choisi, etc.).  Même si le chien mange la quantité de moulée recommandée pour son âge et sa taille, la plupart des maîtres oublient de tenir compte des apports énergétiques que constituent les «à-côtés » : biscuits, friandises, restes de table, etc. Les suppléments ajoutés à la ration, tels que l’huile végétale, peuvent aussi apporter des quantités importantes d’énergie et risquent d’être oubliés dans le calcul global.

8)     Le manque de disponibilité du maître

On note que les propriétaires qui ont peu de temps à consacrer à leurs chiens ont tendance à les nourrir davantage et à leur donner plus de friandises pour compenser leur manque de disponibilité et se déculpabiliser !

9)  L’affection du maître

L’affection que nous portons à nos chiens nous porte parfois à trop les nourrir, la nourriture et les friandises devenant ainsi une marque d’amour de notre part. Pourtant, sans le vouloir, en rendant notre Terre-Neuve obèse, nous augmentons les risques de problèmes de santé et nous racourcissons son espérance vie déjà très courte. Si vous aimez réellement votre chien, gardez-le mince!  Vous prolongerez ainsi au maximum la vie de votre Terre-Neuve adoré !

10)      L’obésité du maître 

Une cause courante de l’obésité d’un chien est l’obésité du maître ! De nombreuses raisons peuvent expliquer ce phénomène, telles qu’un manque d’exercice du propriétaire, et donc du chien et/ou la consommation d’aliments trop riches par le propriétaire qui donnerait des restes dans ce cas bien trop nourrissants à son chien et/ou l’association «nourriture = récompense et plaisir» que le maître à fait pour lui-même et pour son chien !

11)     L’obésité du chien

L’obésité elle-même « entretient l’obésité », puisque la couche graisseuse diminue à la fois l’activité physique et les dépenses de thermorégulation. Si le chien mange alors une ration qui conviendrait en temps normal à son entretien, celle-ci le fera encore engraisser!

12)     Les déséquilibres endocriniens

Les termes obésité «simple»  et obésité «compliquée»  permettent de différencier l’embonpoint résultant d’une suralimentation ou d’un manque d’exercice, de celui résultant d’autres causes. L’obésité « compliquée » est surtout due aux déséquilibres endocriniens. Les principales maladies endocriniennes qui peuvent entraîner de l’obésité sont l’hypothyroïdie et l’hyperadrénocorticisme.

Il est important de prendre en considération tous ces facteurs de surpoids car la santé et la qualité de vie de notre chien en dépend. L’impact de l’obésité est démontré sur les maladies articulaires (arthrose), le diabète, les maladies cardio-vasculaires ainsi que certains cancers.

Un chien obèse voit ainsi sa vie réduite de 2 ans soit 20% de son espérance de vie normale!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s