La consanguinité, une arme à double tranchant…

12 Sep

Il arrive qu’un même chien apparaisse plusieurs fois sur un pedigree (arbre généalogique d’un chien de race), il s’agit en général d’un mâle reconnu pour les titres qu’il a obtenus en compétition et pour les qualités qu’il transmet.

Image

La consanguinité est abondamment utilisée dans les programmes d’élevages canins et plusieurs en vantent les mérites.   Mais attention, il faut être extrêmement prudent avec les mariages consanguins car s’il est vrai qu’ils fixent les qualités, ils fixent également les défauts et les tares génétiques. Ils peuvent donc provoquer de graves dégénérescences ou malformations.

On remarque, par exemple, que les chiens issus de mariages consanguins atteignent généralement une taille inférieure à l’âge adulte que leurs congénères issus d’accouplements non consanguins. On note également que les chiots provenant de parents consanguins sont moins vigoureux à la naissance et que le taux de mortalité est plus élevé durant les premières semaines de vie.

Heureusement, chez les chiens de race pure, le pedigree permet de contrôler le taux de consanguinité, chose impossible à savoir avec des chiens aux origines inconnues.

Pourquoi la consanguinité augmente-t-elle le risque d’apparition de certaines maladies génétiques?

Pourquoi est-il interdit par la loi de se marier entre frères et soeurs, avec son oncle ou sa nièce? Cette interdiction n’est pas simplement “morale”, elle repose en réalité sur une observation: les enfants issus d’unions consanguines (c’est-à-dire entre personnes apparentées) ont un risque accru de présenter certaines maladies dites génétiques. Il en va de même pour nos compagnons canins.

Tous les individus (humains ou canins) sont porteurs de gènes récessifs susceptibles de transmettre certaines maladies héréditaires. Dans la mesure où les unions ne sont pas consanguines, le risque que 2 individus sains porteurs d’une même anomalie génétique se rencontrent reste faible. En revanche, au sein d’une même famille, la probabilité de retrouver la même maladie chez des individus appartenant aux différentes générations et branches est augmentée. Ces anomalies se trouvent en quelque sorte “concentrées” dans la famille en raison de leur transmission héréditaire. C’est pourquoi les maladies génétiques sont plus fréquentes chez les sujets issus d’une union consanguine. Il est a noté, que plus le lien de parenté est proche, plus ce risque est grand.

Pour ma part, je préfère travailler avec des lignées non consanguines car je crois fermement qu’il est important de diversifier le patrimoine génétique de nos chiens si on veut réduire au maximum les risques d’apparition des différentes tares génétiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :