« Inbreeding », « linebreeding » et « outcrossing »

13 Sep

Vous avez peut-être déjà entendu ces mots étranges :  «inbreeding», «linebreeding», «outcrossing»…  Mais de quoi s’agit-il exactement ?!

101_4697

Ces mots d’origine anglaise ne sont rien d’autre que des méthodes d’élevage, qui consistent à choisir des animaux et à utiliser des croisements particuliers dans le but de produire des rejetons avec des caractiéristiques spécifiques.

Toutes ces options d’accouplement comportent évidemment des avantages et des inconvénients.

Voici une définition rapide de chacune de ces méthodes :

  • Inbreeding:   Ce terme signifie « reproduction interne » et désigne le recours à la consanguinité, quel qu’en soit le degré. C’est  la reproduction de chiens étroitement liés tels que père et fille, mère et fils, frère et sœur, etc. C’est un outil qui peut s’avérer précieux lorsqu’un but très précis est recherché. Par contre, cette option d’élevage est une arme à double tranchant. Il faut être conscient que si les qualités des deux reproducteurs risquent d’être amplifiées,  les défauts risquent de l’être également. Lorsqu’il arrive que des traits négatifs soient fixés par cette méthode, il devient très difficile de les éradiquer, et ce, sans compter sur la forte possibilité d’obtenir une portée à la santé fragile.
  • Linebreeding:   Ce terme signifie « reproduction de lignée » et désigne le recours à l’accouplement entre parents éloignés par exemple grand-père et petite-fille, oncle et nièce, etc. Cette option d’accouplement doit être employée d’une façon très sérieuse. L’ancêtre commun soit oncle, grand-père, grand-mère, père ou mère, doit être un animal le plus parfait possible. Son influence génétique sera amplifiée et très présente dans le produit final.
  • Outcrossing:   Ce terme signifie « croisement externe » et désigne la reproduction de deux chiens qui sont issus de deux familles totalement différentes  (aucun ancêtre commun depuis au moins quatre générations). Les croisements externes ont l’avantage de diversifier le patrimoine génétique et de produire des chiots pleins de vitalité qui risquent moins de développer des maladies génétiques. Par contre, la portée résultant d’un tel accouplement sera moins uniforme. Ainsi, une portée de sept ou huit chiots pourra contenir autant de styles différents.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :