Votre chien a-t-il besoin d’un compagnon?

Heureux propriétaires d’un chien, vous vous apprêtez ou avez très envie d’adopter un deuxième compagnon à 4 pattes ?

Sachez que l’arrivée d’un chien au sein d’un foyer où vit déjà un autre chien est une situation très sensible à gérer. Ce scénario est délicat car les chiens ont leur propre structure sociale et un territoire qu’ils défendent.  L’arrivée d’un nouveau chien bouleverse donc l’ordre établi.

Voici certaines règles à respecter pour vous aider à réussir les présentations .

Image

La première est évidemment de s’assurer que votre animal saura accepter la présence d’un autre chien. C’est une question de caractère. Tous les chiens ne se ressemblent pas, loin de là ! Si certains seront ravis d’avoir un compagnon avec lequel jouer, d’autres se montreront agressifs et mettront tout en oeuvre pour préserver leur territoire…

Le chien est un animal social qui apprécie, la plupart du temps, la compagnie de ses congénères. Toutefois, il peut arriver qu’il ne s’entende pas avec un individu en particulier.  En effet, les incompatibilités de caractère et de comportement existent aussi chez le chien, et lorsqu’on leur choisit un nouveau compagnon, il est difficile d’être certains qu’ils deviendront inséparables.

Contrairement à la croyance populaire, dans la nature, les chiens ne vivent pas en meute.  Ils peuvent se regrouper en petit nombre ou en nombre plus important en fonction des opportunités, et lorsqu’il y a conflit, en général, il y a peu d’agressions.  Les individus se dispersent et s’ignorent cordialement.

Dans nos familles, le fait d’introduire un second chien oblige donc le premier à le tolérer dans son environnement proche, même si leurs caractères sont difficilement compatibles, et le problème c’est que la fuite pour éviter le conflit sera restreinte du fait de la proximité.  On peut donc, dans ce cas, observer des agressions.

  • Quel chien choisir?

Si vous souhaitez adopter un chiot, faites bien attention à son âge. Outre l’importance d’un bon sevrage, le fait que l’animal ait passé plusieurs semaines auprès de sa mère, entouré de ses frères et soeurs augmentera les chances d’avoir à faire à un chien équilibré et sociable.

Si en revanche vous choisissez d’accueillir un nouveau compagnon déjà adulte, renseignez-vous bien sur son caractère et sur son comportement avec les autres animaux.

À noter que la présence d’un chiot peut grandement perturber un chien âgé. Il est préférable d’éviter d’imposer à son compagnon en fin de vie un jeune toutou turbulent !

C’est principalement les rapports entre mâles – qui plus est non castrés – qui sont les plus difficiles.  La situation est souvent tendue car chacun des deux veut généralement s’imposer comme étant le dominant.  Et si personne ne cède, il y aura agression!

Entre femelles, il ne faut pas croire qu’il n’existe pas non plus quelques tensions ou frictions à l’occasion,  surtout si on introduit une femelle adulte dans un foyer où réside déjà une chienne mature.  La nouvelle venue risque alors d’être considérée comme une rivale. Pour cette raison, il est préférable qu’il y ait un écart d’âge entre les deux.  Il s’établira alors une relation mère-fille entre la chienne adulte et le chiot.

Enfin, entre mâle et femelle, les rapports sont habituellement plus faciles.

  • Préparer l’ancien à l’arrivée du petit nouveau :

Ce n’est un secret pour personne, les odeurs ont une importance capitale pour nos compagnons canins. Avant d’accueillir un nouvel animal à la maison, il est donc conseillé d’habituer l’ancien chien à l’odeur du petit nouveau.

Vous pouvez par exemple imprégner un tissu ou un jouet de cette odeur, et le rapporter à la maison pour le faire sentir à votre chien.

En outre, pour éviter que votre compagnon se sente délaissé au moment de l’arrivée de son nouveau colocataire, n’hésitez pas à vous occuper un peu moins de lui que d’habitude pendant quelques jours, avant l’arrivée du nouveau chien.

  • Réussir les présentations

Faites les présentations en terrain neutre. Le chien résidant aura moins l’impression de voir arriver un intrus sur son territoire. Choisissez un endroit inconnu des deux. Par exemple, le parc où vous promenez tous les jours votre chien n’est pas le bon endroit car celui-ci peut le percevoir comme son territoire. Demandez l’aide d’une deuxième personne, chacune de vous tiendra un chien en laisse.

  • Gérer les premiers jours de cohabitation 

Il est possible que votre chien accepte rapidement son nouveau compagnon, mais mieux vaut ne pas prendre de risques, en tentant d’éviter les conflits.

Si possible, séparez dans un premier temps les espaces repas des deux chiens, afin que le plus jeune ne vienne pas se nourrir dans le bol de son aîné.

En cas de conflit, tentez au maximum de ne pas vous interposer. Tant qu’ils ne risquent pas de se blesser l’un l’autre, laissez vos chiens grogner, faire connaissance, se jauger… tout en gardant un oeil sur eux.

La plupart du temps, quand le nouveu venu est un jeune chiot, il va tenter de jouer avec le premier, et si ce dernier grogne ou montre les dents, le jeune aura les bons réflexes et montrera à son partenaire des signes d’apaisement (se mettre sur le dos, s’abaisser, montrer sa croupe… pour lui faire comprendre qu’il ne cherche pas le conflit).  N’essayez pas de gronder le premier parce qu’il grogne, il doit apprendre au plus jeune à le respecter et à réagir correctement à ses «menaces».  Si vous intervenez, vous allez perturber cet apprentissage et le conflit perdurera. C’est seulement s’il y a vraiment attaque avec morsure que vous devrez intervenir.

Au début, si vous avez envie de câliner le nouveau venu, de le gâter, ne le faites pas en présence de l’autre chien.  Aussi, pensez à respecter une certaine hiérarchie, en laissant la priorité à l’ancien au moment du repas, ou de mettre la laisse avant la promenade par exemple.

  • Avantages et inconvénients

Lorsqu’on adopte un chiot, l’avantage d’avoir déjà un chien à la maison, est évident en ce qui concerne la socialisation et le rapport avec les congénères.  En effet, le premier chien, s’il est bien équilibré, va continuer le travail de la maman et l’apprentissage des «codes canins», ce qui facilitera les relations avec ses congénères.

Par contre, losque les chiens s’entendent très bien, la disparition de l’un des partenaires peut avoir de lourdes conséquences sur le second.  Certains animaux sont capables de se plonger dans de véritables états dépressifs pendant plusieurs jours, avec abattement, anorexie, plus envie de jouer ou de sortir, plaintes ou gémissements, etc.

  • Si vous avez déjà plusieurs chiens

Si vous devez présenter un nouveau chien à plusieurs chiens déjà résidents, présenter-les en binômes pour éviter que le groupe des anciens fasse clan contre le nouveau.

Toujours, accepter que l’arrivée d’un nouveau chien bouleverse la hiérarchie. Ne vous opposez pas et n’essayez pas d’imposer un ordre, vous risqueriez de les perturber et de créer des conflits.

Si malgré tous vos efforts, la cohabitation ne se passe pas bien, n’hésitez pas à vous tourner vers un comportementaliste canin, qui en fonction des personnalités de vos chiens, saura vous conseiller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s