Stérilisation : Influence sur le risque de cancer et de troubles du comportement chez le chien

11 Juin

Skipper D'Elsa 2014

Le JAVMA (Journal of the American Veterinary Medical Association) du 1er février dernier publiait les résultats d’une importante étude portant sur l’association entre la stérilisation à divers âges et l’incidence des cancers et des troubles du comportement chez le chien.

D’autres publications antérieures ont déjà mis en relation la stérilisation des chiens et le risque d’apparition d’hémangiosarcomes, de carcinomes, d’ostéosarcomes et de cancers de la prostate. Toutefois, ces publications ne tenaient pas compte de l’âge auquel la stérilisation avait été pratiquée. Les auteurs de l’étude publiée par le JAVMA ont voulu savoir si le moment auquel était effectuée la stérilisation avait aussi une influence sur les risques de développer un cancer et/ou des troubles du comportement.  Le second objectif de cette étude était de mettre en évidence des différences éventuelles entre les femelles et les mâles.

L’étude a été effectuée auprès de 2500 chiens. Les sujets sélectionnés vivaient très majoritairement aux États-Unis (86,7%), 1431 sujets étaient stérilisés au moment de l’enquête, 25,3% l’avaient été avant l’âge de 6 mois, 20,8% entre 7 et 12 mois et 53,9% après un an.

Les résultats de l’étude démontrent que la stérilisation augmente significativement le risque de présenter un cancer quel qu’il soit, avec des variations en fonction de l’âge auquel celle-ci est pratiquée. Plus le chien est jeune au moment de la stérilisation, plus le cancer se déclenche tôt. Aucune différence n’a été observée entre mâles et femelles.

La stérilisation favorise également l’apparition de divers troubles du comportement tels que: phobies (orages, coups de feu, etc.), anxiété de séparation, excitabilité, miction de soumission, agressivité et hyperactivité.  Ce risque est encore plus important lorsque la stérilisation est pratiquée avant l’âge de 6 mois.  Les femelles sont davantage à risque que les mâles.

L’étude remet donc en cause l’idée que la stérilisation est une panacée permettant d’obtenir le chien « parfait ».

Les auteurs de l’étude rappellent qu’un dogme veut que la stérilisation empêche pratiquement l’apparition de tumeurs et de troubles du comportement, pourtant, la médecine basée sur les preuves n’est pas en mesure de démontrer la véracité d’une telle affirmation.

Les auteurs pensent que la stérilisation prépubertaire systématique n’est sans doute pas la panacée, et que les risques inhérents doivent être consirérés.  Ils suggèrent fortement à la communauté vétérinaire d’examiner les solutions alternatives (vasectomie et hystérectomie) et à remettre en question le dogme :  la stérilisation ne permet pas forcément d’avoir un chien en meilleure santé et mieux équilibré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :